Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

navigation


Le caveau passe en heure d'été :
de 9h00 à 12h30

de 13h30 à 18h00 

du lundi au samedi

de 10h00 à 12h30

de 14h30 à 18h00

Dimanche et jours feriés

        

Pour venir chez nous
le plan
coordonnées GPS

43° 4' 041" N
05° 11' 814" E

Pour venir chez nous
(google map)
plan de Vernègues
Nos coordonnées VERITAS
 the organic agriculture certificate in english

 les conditions d'accès aux massifs forestiers

 

Hotels near Vernegues Roman Temple:

Recherche

30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 21:09

Mai et juin.
Il a plu début mai, l'herbe pousse un peu partout.
LabourPlantier.jpg
Sur la photo, nous avons remis au gout du jour d'anciennes méthodes d'entretien des sols. Ici des charrues qui , sans doute, ont connu les chevaux.

Repost 0
Published by Chateaubas - dans Dans nos vignes
commenter cet article
19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 08:01


Le jour est passé
de la
Fête de la vigne
et du vin


la météo était avec nous !

merci à tous ceux qui sont venus et aux organisateurs et à cet hiver pour la prochane journée porte ouverte




sculpture de David Coquet  ( voir ci dessous) 
Repost 0
Published by Chateaubas - dans actualités
commenter cet article
18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 09:45
Les créations de David Coquet, jeune sculpteur contemporain, offrent un mélange des matières tout à fait étonnant : il allie le bois, le métal, la pierre et la terre cuite.
Sa prédominance pour le bois est notamment marquée par une période de travail à l�atelier Bartolozzi et Maïolli à Florence.
Bien qu'étant passé par une période de travail plus figurative c'est maintenant sur cette synergie des matières que repose son travail.

-1er Prix au Salon International des Artistes Contemporains de St Tropez (mars 2007)
-1er Prix de sculpture à PRINTART le 1er Salon des Arts Contemporains d�Avignon (mai 2007).

Venez découvrir les dernières réalisations de cet artiste au Domaine de Château Bas lors de la « Fête de la Vigne et du Vin 2007 » (Cazan, 13116 Vernègues) les 19 et 20 mai de 10h à 18h ainsi qu'à Saint Tropez au Lavoir Vasserot (rue Quaranta, près de la Place des Lices) du 15 au 29 mai de 10h 30 à 20h

Vernissage de l'exposition de Château Bas le samedi 19 mai à partir de17h30.
Vernissage de l'exposition de St Tropez le vendredi 18 mai à 19h.

voir aussi...là

Entrée libre
Repost 0
Published by pphilippe - dans actualités
commenter cet article
25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 06:20

En ce 23 avril 2007, Mme de Blanquet et Château-bas invitait quelques restaurateurs, sommeliers et journalistes pour déguster les dix millésimes vinifiés par Philippe Pouchin et son équipe.

Nouveauté en la matière, les rosés ouvraient la dégustation. La Cuvée du Temple a prouvé que cette couleur dépassait largement la réputation de vin facile à boire jeune qui lui est faite.

Les vins rouges de la Cuvée du Temple occupaient le cœur de la dégustation. Depuis le millésime 96, les dégustateurs ont pu mesurer les évolutions liées soit à l'encépagement ou aux évolutions climatiques (gel de 1997, canicule de 2003)

Les vins des premières années (96 et 97) se sont montrés encore jeunes et assez solides pour affronter le temps. 1998 marque une rupture qui est assez généralement admise par les observateurs des vins du sud, c'est le millésime de la maturité, le climat chaud et sec y fut pour beaucoup. De 2001 à 2004 (avec une impasse sur 2002) la puissance est au rendez-vous, le vinificateur prend en main le vignoble, les assemblages sont résolument ambitieux et la Cuvée du Temple s'engage sur la voie difficile des Grands Vins du Sud de garde.

Mais la véritable surprise venait des vins blancs qui clôturaient cette verticale.

C'est encore 1996 qui ouvrait le bal, millésime du tâtonnement il permettait de juger la suite, elle fut étonnante et laissera un souvenir ému aux participants qui ne s'attendaient certainement pas à une telle richesse de sensations. 97, 98 et surtout 99 offrent aujourd'hui une palette olfactive digne des plus grands vins blanc, la puissance en plus. Mais de 2001 à 2005, l'assurance aidant, les vins s'affirment, ils sont plus réguliers et toujours ambitieux. Les professionnels prédisent de belles dégustations pour l'avenir.

 

Le repas magnifiquement organisé par M Y Teston dans le parc du Château couronnait cette journée d'une touche romantique et conviviale.

Tous les participants retenaient déjà leur place pour la prochaine opération du genre. Philippe Pouchin leur répondait ceci :

Les dix premières années de vinification déroulent la vie du domaine, les tâtonnement du projet collectif. 2005 pour nous marque une rupture en ce sens que nous avons de nouvelles installations en cave (cuves Rieger), de nouveaux cépages (Mourvèdre, Counoise) et une meilleure connaissance de ce terroir. Nous donnons donc rendez-vous à ceux que cette histoire inspire… dans quelques temps pour juger des efforts que nous aurons accompli, merci à tous ceux qui ont fait le déplacement et à bientôt, l'histoire continue …



Repost 0
Published by Chateaubas - dans actualités
commenter cet article
23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 14:24
L'HISTOIRE EN DETAIL

C'est en 1442 qu'un riche habitant d'Avignon, Guillaume de Damian, rachète la seigneurie du Vernègues. Il n'obtient son titre de noblesse qu'en 1460, donné par Charles d'Orléans, comte d'Asti, d'où est originaire la famille De Damian.

Dès le rachat de la seigneurie, il semblerait que la famille se soit installée dans la demeure seigneuriale de Maison Basse dont l'emplacement n'est pas encore reconnu; sans doute à l'emplacement du château actuel sur les restes d'une agglomération antique à vocation agricole et viticole, celle-ci étant attestée en prospection archéologique.

A l'origine il semblerait que le château ait eu un aspect semi-fortifié, bâti avec ses quatre tours d'angles sur une terrasse comprise entre le temple antique et le parking actuel. Il est avéré qu'il a été entouré par un fossé car il est fait mention d'un pont mobile dans un inventaire des biens de la famille De Damian du début du XVIII ème siècle, situé à l'entrée Est du château.

En 1750, la seigneurie est vendue aux enchères par décision judiciaire et c'est l'ancien trésorier des états de Provence, Henry Gautier du Pöet qui en devient le propriétaire. Sa famille gérera la seigneurie jusqu'à la Révolution qui la pousse à émigrer, l'ensemble des biens étant alors vendu et les propriétés divisées.

Jusqu'à la deuxième guerre mondiale, comme la plupart des domaines agricoles méditerranéens, Château Bas pratiquait la polyculture et l'élevage : céréales, vignes, oliviers et élevage ovin.

On retrouve de nombreuses traces et mentions d'aménagements en relation directe avec ces activités, pressoirs à chapelle du XVIIIème siècle, tonneaux, prairies, vieux oliviers, bergeries et écuries.

Aujourd'hui, le Château abrite dans son cadre exceptionnel une exploitation viti-vinicole de renommée qui vous convie à la découverte de ses monuments, parmi les plus beaux de la région.

En contournant le château, sur le chemin qui mène au temple, dans un décor où sont mêlés vignes et cerisiers, on peut apercevoir les restes de la margelle monolithe d'un puits antique ainsi que le contrepoids d'un pressoir de la même époque. Ces blocs ont été marqués par les charrues, traces qui témoignent de leur enfouissement pendant plusieurs siècles.

Immédiatement après, sur ce même chemin le long du mur du parc, on peut voir l'arasement d'un mur antique, sorte d'introduction à l'image étonnante empreinte de romantisme du temple de Diane et de la petite chapelle Saint Césaire, cachés sous les frondaisons en arrière du château.

Le temple de Diane est daté de la décennie 30 à 20 avant notre ère. Il se place au centre d'un péribole semi-circulaire, face à une source qui fut sans doute l'élément fondateur de ce monument. Ces restes permettent de se représenter assez fidèlement son état d'origine. Temple corinthien tétrastyle, il devait donc comporter deux rangées de colonnes, quatre en façade et deux en arrière dont celle encore visible aujourd'hui. Derrière se trouvait la cella ou salle, encadrée de pilastres aux quatre coins. Devant, entre deux avancées du podium, un escalier dont certaines marches étaient encore conservées au XVI ème siècle permettait d'accéder au temple. La petite colonnette que l'on peut voir au dessus de la chapelle fait sans doute partie d'une ouverture opérée dans le mur à l'époque mérovingienne2# ou carolingienne3# lors d'une probable réutilisation du bâtiment comme église, l'artisan ayant alors repris le vocabulaire corinthien des colonnes du temple.

Repost 0
Published by pphilippe - dans histoire
commenter cet article
22 avril 2007 7 22 /04 /avril /2007 14:27
L'HISTOIRE DE LOU VERNÈGUES
 

La commune de Vernègues est située à l'extrémité ouest de la chaîne des Côtes, la position dominante de son plateau, le Grand Puech, en fait un lieu privilégié pour l'occupation humaine depuis l'époque néolithique. De cette éminence, on domine au nord une grande partie de la vallée de la Durance, de Lauris à Cavaillon et au sud, derrière la vallée de Cazan où se trouve la propriété de Château Bas, le regard porte de la montagne Sainte Victoire jusqu'à l'Etang de Berre.

La succession des époques a marqué de façon indélébile le territoire de ce village. Des abris néolithiques au village actuel, les restes laissés par les anciens habitants des lieux sont encore visibles au détour de chaque chemins.On retrouve donc plusieurs sites néolithiques, les plus marquants étant situés dans la vallée en contrebas du village et sur le plateau du Grand Puech où l'on trouve des abris encore en très bon état de conservation.

A l'époque protohistorique, un habitat perché, l'oppidum de Saint Jean, se développe à l'ouest du plateau où de nombreuses traces dans le rocher font encore s'interroger les chercheurs quant à leur signification exacte.

Le territoire a été fortement marqué par l'occupation gallo-romaine dont on retrouve des vestiges et des témoignages toponymiques :

- Le temple de Diane du I er siècle avant J.-C et l'agglomération qui l'accompagne.

- Le Camp Caïn qui tire son nom d'un ancien camp militaire bâti sous la direction d'un "général" romain, Caïus Marius ou encore le quartier des Carlats, nom dérivé du nom gaulois Cartilius.

 
 

Au XI ème siècle, les deux châteaux appartiennent à l'archevêché d'Arles et au XII ème siècle il n'est plus fait mention que d'un seul castrum, l'Alvernicum. Ce dernier correspond au vieux village et à son château détruits par le tremblement de terre de 1909. Bâti sur l'escarpement rocheux il est naturellement fortifié et dominé par le château, typique de l'architecture féodale de Provence.

Au XII ème siècle, le village se développe donc sur le flanc sud du Grand Puech. Du XIII ème siècle au XV ème siècle on assiste à une dispersion de l'habitat agricole dans la cuvette de Cazan, visible encore aujourd'hui avec la ferme bergerie de l'Héritière du XIII ème siècle, le mas de Vinsargues et la demeure seigneuriale de Château-Bas établis au XV ème siècle.

A la révolution, le vieux château, symbole d'un passé que le peuple veut oublier, est pillé et l'ensemble des biens seigneuriaux est vendu aux enchères.

 
 

Le 11 juin 1909, un tremblement de terre meurtrier détruit la quasi totalité du vieux village et du château féodal, obligeant les habitants à reconstruire un nouveau village au quartier des Jas en contrebas. Les ruines qui parsèment le flanc sud du plateau témoignent encore de nos jours de la violence du séisme.

 
Repost 0
Published by pphilippe - dans histoire
commenter cet article
22 avril 2007 7 22 /04 /avril /2007 06:35
Repost 0
Published by pphilippe - dans gamme de vin
commenter cet article
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 21:50
Ce vin Rosé et fruité est issu de raisins de cépages Seyval Noir, Chancellor et St-Croix. D'une robe délicatement colorée, émane des aromes intenses depêches, de fruits rouges tout en laissant au palais une fraîcheur parfumée. Il s'accorde agréablement avec les salades, les charcuteries, les grillades, le saumon ou tout simplement en apéritif.

la suite...

Voilà des cépages que nous ne connaissons pas chez nous !
et trouvez le chapitre sur les vins fortifiés !
Repost 0
Published by pphilippe - dans Planète Rosé
commenter cet article
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 21:27

Welcome to RAP—The Rosé Avengers and Producers. We’re an international group of winemakers and wine drinkers dedicated to righting the wrongs done to dry rosé. In Europe, they down copious amounts of pink wine, perhaps the most versatile of all food wines. But what gives in the States? Except for a handful of savvy drinkers, too many Americans would still rather buy a mediocre white or red instead of a great rosé. It’s bizarre.
la suite ...
Repost 0
Published by pphilippe - dans liens
commenter cet article
17 avril 2007 2 17 /04 /avril /2007 21:32
  • Issu d’un savoir-faire provençal ancestral, le rosé est le vin le plus délicat, mais aussi le plus difficile à réussir. Expression directe du terroir et de ceux qui le font, le rosé est bien plus qu’un vin…un art de vivre !
Reconnu dans le monde entier pour sa convivialité et sa simplicité, le rosé de Provence génère aujourd’hui un chiffre d’affaires de plus de 500 millions d’euros.
la suite, Vins de Provence

  • Centre de Recherche et d'Expérimentation sur le Vin Rosé
70 avenue Wilson - 83550 VIDAUBAN
centredurose@wanadoo.fr
Tél. 04 94 99 74 00 - Fax 04 94 99 73 99



Repost 0

Articles Récents