Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

navigation


Le caveau passe en heure d'été :
de 9h00 à 12h30

de 13h30 à 18h00 

du lundi au samedi

de 10h00 à 12h30

de 14h30 à 18h00

Dimanche et jours feriés

        

Pour venir chez nous
le plan
coordonnées GPS

43° 4' 041" N
05° 11' 814" E

Pour venir chez nous
(google map)
plan de Vernègues
Nos coordonnées VERITAS
 the organic agriculture certificate in english

 les conditions d'accès aux massifs forestiers

 

Hotels near Vernegues Roman Temple:

Recherche

15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 21:35

     ColonneTemple.jpg         La route qui mène d'Aix à Avignon gravit d'abord une côte et gagne un.plateau, d'où l'on peut admirer,vers le nord comme vers le sud, un incomparable horizon de montagnes. Non pas ces montagnes vertigineuses et rébarbatives où vivent les divinités de là Tétralogie velues et violentes comme des fauves, mais des montagnes dignes, par la noblesse de leurs lignes, de figurer dans quelque tableau.de Poussin. La route traverse St-Cannat, traverse Lambesc, et bientôt, descend vers la Durance.. A peine;2 kilomètres avant la rivière il faut s'engager dans un chemin étroit tout à fait champêtre. II conduit à Château-Bas belle demeure pacifique et retirée, que protègent d'admirables platanes et qu'abreuvent de belles eaux, J'ai toujours pensé que Château-Bas, contre sa ruine secrète, était une demeure à fantômes. Les climats du sud ont aussi leurs spectres, qui n'ont rien à voir avec les revenants embrumés d'Ossian et d'Hoffmann, il existe un fantastique latin, que Mistral a profondément senti et profondément exprimé, et qui atteint sa perfection exemplaire dans un conte comme La Venus d'Ille, de Mérimée. Nous risquerons-nous à écrire un jour la Diane de Château-Bas ? Si c'est vraiment à Diane, que fut voué ce temple, le sommeil de la chaste déesse aura été longtemps respecté par les hommes ! Quel oubli ! A peine si, au début du XVIIe siècle, ces vestiges, arrêtèrent, le temps d'un croquis, dans sa promenade l'humaniste Peiresc, qui était curieux de tout. En 1824, l'auteur de la Statistique des' Bouches-du- Rhône écrivait : « ...Si là belle colonne qui reste debout au temple de , Vernègues eût été placée sûr les rochers de la Grèce ou dans les déserts de l'Asie Mineure, elle serait probablement connue de l'Europe». Plus de cent ans ont passé : la belle colonne n'est pas beaucoup plus connue. Peut-être cette ignorance l'a-t-elle jusqu'à présent préservée. C'est moins la beauté architecturale du temple qui le rend attachant que sa situation. La svelte déesse de pierre agit sur nous avec tant de force poétique parce qu'elle se dresse au milieu des arbres au bas d'une pente que parfument toutes les herbes que broute la Chèvre d'Or et qui donnent au gibier de ce pays un goût si savoureux. Un chemin qui est à peine une piste longe le parc de Château-Bas. Il aboutit bientôt à un sous-bois sans taillis où régnent quelques chênes immenses, assez vieux, assez prospères, pour être uniques dans la région. Sous ces Seigneurs dodonéens, la première fois que je vins ici, le troupeau des Boculiques se désaltérait à de longs abreuvoirs de pierre, bas et frustes. Ainsi, le paysage accueillait il presque miraculeusement les figurants pastoraux pour lesquels il semblait fait. Dans ce "temps là" une intervention fâcheuse des Monuments Historiques n'avait éclairci les arbres épais qui, au bas de la colline enveloppaient la ruine. Entre les branches, on entredevinait parfois la colonne sacrée. Tandis que tu avançais, elle apparaissait, disparaissait ; jouait à te provoquer, à te recevoir. Tu retenais ton souffle, un peu comme un chasseur qui Surveille une biche arrêtée, et qui craint, au moindre bruit, qu'elle ne s'échappe. Puis, enfin toute ntière, filant d'un beau jet franc vers le çiel, la divine survivante; livra sa forme à ta vue... On ne sait pas grand'chose de ce Temple. Il devait être fort petit. Peut-être était-ce requivalent.de ce qu'est une chapelle de château où ex-voto offert à une source bienfaisante, à une divinité rurale, Bien plus tard, on appuya, au seul mur resté debout de la vella, une chapelle romane. Sans doute, bien avant, lorsque le Tempietio était presque encore entier, fut-il transformé en sanctuaire chrétien : on y voit encore une petite colonnette mérovingienne,imitation réduite et gauche de la grande soeur romaine. Mais, qu'importe 1 Et combien M. André Hallays a raison d'écrire, dans les pages où il vante le Vernègues : « ...L'incertitude des conjectures archéologiques ajoute à la beauté des choses l'attrait du mystère. . . ; c'est le sortilège de la lumière et du paysage qui donne a cette ruine son incomparable séduction ». Récemment « l'attraît du mystère » fut, ici, sérieusement menacé.   Les Monuments Histôriques résolurent d'arracher le lierre qui vêtait la ruine et d'abattre les arbres qui l'environnaient. Le lierre fut arraché. Puis les bucherons commencèrent leur fatale besogne. "Par bonheur, le propriétaire de Château-Bas put être alerté. Il arrêta immédiatement le crime, qui allait être commis; Les archéologues sont par fois aussi dangereux que les « elginistes ». Plus dangereux, car les premiers, détruisent, tandis que les seconds se contentent de déplacer. Pour ceux qui virent avant ses blessures le Temple du Vernègues, ( Vernègues vient dé Vergne; vergne : aulne), l'endroit est assurément moins beau qu'autrefois ; mais les autres, ceux qui n'y vinrent jamais éprouveront une impression très profonde, inoubliable. Quant aux y arbres, ils ont. Dieu merci, la vie plus dure y que les spécialistes chargés de veiller sur la beauté de notre pays ; et le sang limpide de la Nymphe â laquelle fut dédié le Temple les nourrira. Jean-Louis VAUDOYER. ( le mémorial d'Aix – 1921 )

Partager cet article

Repost 0
Published by pphilippe - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Articles Récents