Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

navigation


Le caveau passe en heure d'été :
de 9h00 à 12h30

de 13h30 à 18h00 

du lundi au samedi

de 10h00 à 12h30

de 14h30 à 18h00

Dimanche et jours feriés

        

Pour venir chez nous
le plan
coordonnées GPS

43° 4' 041" N
05° 11' 814" E

Pour venir chez nous
(google map)
plan de Vernègues
Nos coordonnées VERITAS
 the organic agriculture certificate in english

 les conditions d'accès aux massifs forestiers

 

Hotels near Vernegues Roman Temple:

Recherche

8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 21:24

     Qui parle encore des machines ? A croire que pour faire du vin, les vignes suffisent. Pourtant les machines nous accompagnent, elles rythment même notre vie tant nous sommes contraint de nous adapter à elles.

Nous les avons croisées chez un confrère, ou sur un magazine. Elles nous ont été vantées par des commerciaux confiants dans leur qualité, nous les avons espérées, nous avons souvent sué pour les financer, et elles sont arrivées chez nous si brillantes.

Nous connaissons, au fil du temps, leur caprices, leurs faiblesses, leurs cicatrices qui témoignent de tant d'années de services. Nous leur laissons au minimum un peu de notre peau, parfois un peu plus … Nous leur parlons de temps en temps (allons, qui ne le fait pas ?) y passons nos colères, justifiées ou non, les frottons un peu pour les remercier.

Et voilà que nous les abandonnons un jour, pour de bonnes raisons ? Sûrement, le temps a passé, elles sont devenues obsolètes, elles seront remplacée par de plus rutilantes, de plus jeunes, de plus performantes, plus durables ? Pas sur. Il nous faut bien alors s'en défaire comme il est couramment dit, signe aussi que les machines nous "font" un peu … Alors voilà qu'on les démonte, qu'elles finissent pour les plus chanceuses dans une autre propriété pour une deuxième vie, pour les autres dans une casse, ainsi va la vie des machines…

        Je rassemble ces quelques secondes pour les remercier des services rendus. Bien ou mal nées elles n'ont rien à se reprocher c'est l'homme qui les fabrique, c'est l'homme qui les utilise, c'est l'homme qui les entretient, et voilà que, de temps en temps, c'est l'homme qui en parle, mais si peu.

 

 

DSCN0840. web  DSCN0836 web  DSCN0837_web.jpg
 DSCN0841 web DSCN0839_web.jpg  DSCN0835 web 

Partager cet article

Repost 0
Published by pphilippe - dans chroniques
commenter cet article

commentaires

Articles Récents